Puis-je acheter Lange Zeitwerk Perfect Clone Achats en ligne

Puis-je acheter Lange Zeitwerk Perfect Clone Achats en ligne

- in Réplique A. Lange Söhne
18
0

La montre Lange Zeitwerk 140.032 d’A. Lange & Söhne – Or rose

L’apparition d’un nouveau visage signale souvent l’entrée dans une nouvelle époque. Tel fut le cas après la réunification, lorsque, la LANGE 1 annonça le grand retour d’A. Lange & Söhne. Il y a quinze ans, cette montre enrichit l’horlogerie d’un concept radicalement nouveau allié à une finesse technique sans précédent. Cet icône du design a conquis depuis longtemps sa place au panthéon de l’intemporalité. Aujourd’hui, avec une indication limpide d’heures et minutes sautantes haute précision, Lange présente un autre millésime mécanique exceptionnel. Un nouveau visage nous propulse ainsi une fois de plus dans le futur de l’horlogerie. Son nom : Lange Zeitwerk.
La montre Lange Zeitwerk 140.029 d’A. Lange & Söhne – Or gris

« Je ferme les yeux pour voir. » La célèbre devise du peintre français Paul Gauguin servit de référence aux ingénieurs et constructeurs de calibres Lange lorsqu’ils résolurent de s’engager en territoire inexploré afin de concevoir une montre objectivement novatrice et progressiste à tous points de vue. Le progrès précède toujours de la curiosité. Chez Lange la question se posait en ces termes : « Les principes d’une montre mécanique et d’une indication moderne de l’heure peuvent-ils être combinés de manière convaincante ? » Réponse : la première montre-bracelet mécanique dotée d’un affichage numérique sautant d’une éloquente clarté. Cette montre réinterprète le temps à une époque de changement. Ce faisant, elle ne procure pas seulement au temps un nouveau visage mais indique une voie nouvelle à l’horlogerie. Elle emblématise et tout à la fois transcende l’esprit du temps. Et, en définitive, elle offre à son propriétaire une façon radicalement nouvelle d’interpréter le passage des secondes, des minutes et des heures.

La montre Lange Zeitwerk 140.025 d’A. Lange & Söhne – Platine

Un nouveau langage des formes souligne le changement de paradigme : le pont du temps déploie ses ailes sur toute la largeur du cadran pour encadrer solidement les grands chiffres des deux guichets qui, alignés latéralement, indiquent les heures et les minutes. Il s’étire aussi sur la partie inférieure pour encercler le cadran auxiliaire des secondes, unissant ainsi les trois niveaux de la mesure du temps selon une harmonieuse disposition. La couronne, dont le moletage facilite la préhension, se situe en haut à droite du cadran et donne une dynamique ascendante à l’ensemble. Et dans le tiers supérieur du cadran, l’indicateur de réserve de marche indique fidèlement au propriétaire le moment de redonner de l’énergie au mouvement.

Dotée d’un nom emblématique, la Lange Zeitwerk (œuvre du temps) incarne la lisibilité horlogère sans compromis. Grâce à la taille inégalée de ses chiffres, elle permet de lire l’heure en un coup d’œil. Le compteur des minutes, avec un discret cliquetis, progresse d’un cran dans la fraction qui précède chaque 60ème seconde et ce jusqu’au grand saut du changement d’heure. À cet instant précis, les trois disques des chiffres avancent simultanément d’une unité. La mesure du temps est ici élevée au statut d’un événement. 11:59 constitue le moment idéal pour assister au tour de force : « plein midi » en format grand écran. L’aiguille des secondes entame sa trajectoire tranquille sur le pourtour du cadran auxiliaire. Le temps semble ralentir tandis qu’on observe sa course. Plus que trente secondes. Le suspense monte d’un cran. Puis : dix… trois, deux, un – clic – 12:00. Un petit pas pour la montre, mais un pas de géant en chronométrie.

Sous le surprenant visage de la montre, un mouvement tout aussi révolutionnaire d’un diamètre de 33,6 millimètres occupe pleinement l’espace intérieur d’un boîtier de 41,9 millimètres en or ou en platine.

L’importante quantité d’énergie requise pour l’avancée simultanée des trois disques des chiffres toutes les heures est délivrée par un barillet nouvellement développé, qui est pourvu d’un ressort-moteur extra-fort. Sa construction brevetée met littéralement sens dessus dessous le vénérable principe du remontage/détente. Ainsi, le coussinet à frottement intensif du barillet entre en action lorsqu’on remonte la montre, mais la roue de barillet tourne toujours dans le coussinet de réduction de frottement à mesure que le barillet se détend. Ce dispositif augmente le couple de rotation disponible pour l’alimentation en énergie de la montre et des trois disques portant les chiffres des heures et des minutes.

Un échappement à force constante, positionné entre la roue de barillet et le balancier

Egalement breveté, un échappement à force constante, positionné entre la roue de barillet et le balancier, joue le rôle d’un pacemaker pour l’avancée par sauts des heures et des minutes – mécanisme qui, dans sa compacité, est sans précédent. Les forces en présence lorsque les disques chiffrés sont accélérés et freinés excèdent de beaucoup celles ordinairement rencontrées dans un mouvement. Pour les absorber, un régulateur à ailettes a été intégré au mécanisme. Tandis qu’il tourne, ses ailettes doivent déplacer l’air comme les pales d’un ventilateur ; c’est cette résistance qui dissipe une grande partie de l’énergie et assure une commutation en douceur.

En même temps, l’échappement à force constante contribue grandement à stabiliser la marche du mouvement. Sur toute la période d’autonomie de 36 heures, il entraîne le balancier avec une force motrice quasiment uniforme, quel que soit l’état de tension du ressort-moteur et sans se laisser perturber par les cycles de commutation qui, consommateurs d’énergie, se produisent toutes les minutes. Il est vrai que l’association d’une roue de balancier à masselottes d’équilibrage excentrées et d’un spiral fabriqué maison constitue un régulateur de marche haute précision.

Aussi progressiste soit-elle, cette montre signée « A. Lange & Söhne » demeure une digne ambassadrice des valeurs horlogères traditionnelles. Un coup d’œil à travers son fond en verre saphir révèle le mouvement de manufacture, calibre L043.1, superbement décoré. Le mécanisme, outre toutes ses nouveautés techniques, intègre aussi une platine trois quarts, un coq de balancier gravé à la main et des chatons en or vissés – nobles attributs de toutes les montres Lange.

Phénoménale à l’extérieur comme à l’intérieur, la Lange Zeitwerk n’est pas seulement d’une originalité assurée de faire école mais en dit beaucoup sur la personnalité et le style de son propriétaire. Elle ouvre la voie à une nouvelle expérimentation du temps – à savourer les yeux ouverts ou fermés.

Avant-première Berlinoise pour la dernière bombe Lange & Söhne

Nom de code ZEITWERK

La célèbre Manufacture allemande Lange & Sôhne a choisi Berlin pour présenter son nouveau fer de lance baptisé « ZEITWERK »…

Une pièce dont il va vous falloir très vite retenir le nom car vous n’avez pas fini d’en entendre parler.
Journalistes, détaillants et passionnés sont unanimes, La ZEITWERK est une réussite absolue!

Tout a démarré avec le survol de la ville à bord du dernier DC3 volant en Europe le « Rosinenbomber »* de 1944, une expérience évidemment unique en son genre, pour se poursuivre par une seconde expérience, celle-ci encore plus incroyable : un « dîner noir ».

Plongés dans l’obscurité absolue pendant plus d’une heure trente et servis par des non-voyants, le « réveil » des invités fut magique (dans tous les sens du terme) lorsque sous la lumière, ils ont enfin pu découvrir la nouvelle Lange Zeitwerk.

* Rosinenbomber : Ces avions, surnommés Rosinenbomber, c’est-à-dire bombardiers de raisins secs par les Berlinois, furent utilisés lors du pont aérien de 1948 et transportèrent vivres, matériel et matières premières, à savoir du blé, du charbon (un million et demi de tonnes en tout), de l’essence et des médicaments.

A. Lange & Söhne Lange Zeitwerk

Fiche technique

Etait-ce bien indispensable ?Certainement pas d’un point de vue pratique.Mais oui si l’on réfléchit en termes d’équilibre global du cadran. Il y avait là en effet comme un vide à combler.Sur une A. Lange & Söhne Zeitwerk 140.021 Replique telle que celle-ci, par nature asymétrique, l’exercice est extrêmement délicat.Et il faut bien reconnaître que la Grande Lange 1 Moonphase tire son épingle du jeu avec maestria.Reste la fameuse grande date typique de la manufacture.Les amateurs de la marque le savent : celle-ci est inspirée de l’horloge à cinq minutes de l’Opéra Semper de Dresde, dont les deux guichets affichaient pour l’un l’heure en chiffres romains et l’autre les minutes (par incrément de 5 minutes) en chiffres arabes.Le Grand Ancêtre Ferdinand ayant travaillé sur cette œuvre monumentale, l’hommage s’imposait dès la renaissance de la manufacture.Désormais caractéristique identitaire de la production Lange & Söhne, cette grande date a ses admirateurs et ses opposants, les dizaines restant muettes durant les neuf premiers jours du mois quand les grandes dates des concurrents affichent en général un joli zéro avant les unités afin d’équilibrer le dessin.A. Lange & Söhne a en tout cas fait un choix esthétique et historique – la vieille horloge affichant la même caractéristique, le succès semblant a posteriori lui donner raison.Tout cet ensemble de délices esthétiques et techniques est douillettement abrité dans une belle et large boîte en or jaune aux formes classiques dont vous apprécierez en particulier la jolie finition brossée de la partie centrale de la carrure.Une nouvelle fois parfaitement exécutée, elle affine visuellement la silhouette de la montre dont l’épaisseur est de 10mm.En retournant la montre, vous pourrez admirer au travers du fond saphir le calibre L095.3.

Mouvement : Calibre L043.1 de manufacture Lange, à remontage manuel, fabriqué selon les rigoureux critères de qualité Lange, décoré et assemblé à la main ;
réglé en cinq positions, platine trois quarts en argent allemand ;
coq de balancier gravé à la main ;
minutes sautantes ;
échappement à force constante.
Nombre de composants
mouvement
: 388
Coussinets rubis : 66
Chatons en or vissés : 2
Échappement : Échappement à ancre
Système oscillant : Balancier glucydur anti-chocs à masselottes d’équilibrage excentrées ;
spiral de qualité supérieure fabriqué maison avec système d’attache en attente de brevet (bride de spiral), fréquence de 18 000 alternances à l’heure, système de mise au repère haute précision avec vis de réglage latérale et col de cygne
Réserve de marche : 36 heures, montre remontée à fond
Affichages : Heures et minutes sautantes, petites secondes avec arrêt secondes, indicateur de réserve de marche
Correcteurs : Couronne de remontage et de mise à l’heure
Dimensions
du boîtier
: Diamètre : 41,9 millimètres ;
hauteur : 12,6 millimètres
Dimensions
du mouvement
: Diamètre : 33,6 millimètres ;
hauteur : 9,3 millimètres
N° de réf. : 140.021
Boîtier : Or jaune
Cadran : Argent massif, champagne
Pont du temps : Argent allemand, nature
N° de réf. : 140.029
Boîtier : Or gris
Cadran : Argent massif, noir
Pont du temps : Argent allemand, rhodié
N° de réf. : 140.032
Boîtier : Or rose
Cadran : Argent massif, argenté
Pont du temps : Argent allemand, nature
N° de réf. : 140.025
Boîtier : Platine
Cadran : Argent massif, rhodié
Pont du temps : Argent allemand, rhodié
Glace et fond : Verre saphir (dureté de 9)
Aiguilles : Or rhodié
Bracelet : Bracelet croco cousu main avec boucle ardillon Lange en or ou platine massifs

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *